Cet article a été sélectionné sur Internet par AfiTaC et traduit en français en raison de son intérêt pour les lecteurs de ce blog. Dans de futurs articles, nous nous pencherons plus en profondeur sur les questions de flux de trésorerie.

Les flux de trésorerie négatifs causent probablement plus de difficultés financières aux entreprises de construction (menant à leur fermeture) que toute autre cause.

Même un projet de construction profitable peut causer des problèmes financiers à une entreprise si le flux de trésorerie est négatif.

Un flux de trésorerie négatif se produit lorsque l’entreprise de construction paie les fournisseurs, les entreprises de location de matériel et les sous-traitants, ou bien les salaires ou rémunérations, avant que le client ait payé le travail qui a été effectué.

Malheureusement, la plupart des projets de construction sont généralement négatifs sur le plan des liquidités dans une certaine mesure. De nombreux clients détiennent 10 % de rétention jusqu’à la fin du projet, lorsque celle-ci est réduite de moitié. Par conséquent, si le projet fait l’objet d’un appel d’offres avec une marge inférieure à 10 %, le projet est généralement négatif jusqu’à la fin, en termes de trésorerie.

De plus, la plupart des clients ne paient l’entrepreneur que trente jours après que l’entrepreneur a présenté une facture. Ces factures sont normalement présentées à la fin de chaque mois. De nombreux entrepreneurs paient leurs travailleurs tous les quinze jours ou, dans certains cas, toutes les semaines. Cela pourrait signifier que l’entrepreneur a payé jusqu’à sept semaines de salaire avant que le client ne paie pour le travail que ces employés ont effectué. Les petits entrepreneurs doivent parfois payer les fournisseurs avant de pouvoir faire livrer les matériaux.

Qu’est-ce qui rend le flux de trésorerie encore pire ?

Toutefois, un certain nombre d’autres facteurs aggravent encore la situation de trésorerie :

  • De nombreux projets de construction ont des délais de paiement supérieurs à trente jours.
  • De plus, certains clients ont l’habitude de payer les factures en retard ou de ne les régler qu’en partie.
  • Bien sûr, le coup de grâce ultime pour de nombreuses entreprises de construction, c’est quand les clients ne paient pas du tout. Cela peut être dû au fait que le client conteste la valeur des travaux, qu’il manque à ses obligations contractuelles ou qu’il se trouve en liquidation.

Pourtant, même avec les difficultés accumulées par les entreprises de construction, elles aggravent souvent leur situation de trésorerie en soumettant leurs évaluations d’avancement en retard, en acceptant les paiements en retard ou en ne réclamant pas la totalité des travaux terminés.

Comment améliorer la situation de trésorerie

Pour améliorer la situation de trésorerie, les entreprises de construction doivent soumettre leurs évaluations mensuelles de l’avancement au plus tard à la date d’échéance. Certains clients n’effectuent des paiements intermédiaires qu’un jour donné de la semaine ou du mois, ce qui signifie qu’ils peuvent retarder le paiement jusqu’à un mois si une date de soumission est passée. Les valorisations doivent être soumises dans le format requis et avec les pièces justificatives requises, car de nombreux clients utiliseront n’importe quelle excuse pour retarder ou rejeter une facture mensuelle.

Il est important de suivre l’évolution du paiement dans le système de paiement du client. Chez les grands clients, il peut y avoir plusieurs personnes qui vérifient et approuvent la valorisation et le paiement. Parfois, le processus est perturbé lorsque quelqu’un est absent ou que la demande est simplement ” perdue “. J’ai eu plus d’un client qui payait constamment les demandes de paiement intérimaire en retard, toujours avec une excuse que notre valorisation était en retard, que la demande était inexacte (erreurs arithmétiques, documentation justificative insuffisante ou désaccord sur notre avancement) et les personnes dans le processus d’approbation étant absentes. Bien sûr, beaucoup de ces problèmes ne nous ont été signalés qu’à l’échéance du délai de paiement, bien que le client ait eu la facture depuis trente jours.

Certains contrats sont structurés de telle sorte que les paiements ne sont effectués que lorsque l’entrepreneur atteint des jalons particuliers. Il est important que les gestionnaires de projet comprennent en quoi consistent ces jalons et s’assurent qu’ils sont respectés. Il est évidemment inutile d’atteindre 99% d’achèvement si le paiement n’est effectué que pour 100%. Souvent, les entrepreneurs mettent plusieurs semaines à compléter les derniers éléments ( qui peuvent être simplement des documents à compléter), ce qui retarde le paiement.

Cliquez ici pour en savoir plus sur la négociation des modalités de paiement.

A propos de la source

Écrit par Paul Netscher, l’auteur des livres célèbres ‘Successful Construction Project Management : The Practical Guide’ et ‘Building a Successful Construction Company’ : The Practical Guide”.

Les deux livres sont disponibles en livre de poche et en livre électronique chez Amazon et dans d’autres points de vente au détail. Cet article est adapté des informations contenues dans ces livres. Pour en savoir plus, visitez http://www.pn-projectmanagement.com.

A propos d’AfiTaC

AfiTaC.com est le blog sur des sujets commerciaux et contractuels pour les entreprises des industries du projet (construction, infrastructure, pétrole et gaz, énergie et énergie renouvelable, approvisionnement en eau et assainissement, etc. L’objectif est de stimuler la réflexion, l’apprentissage, la convergence vers des contrats équilibrés et la résolution positive des litiges. Vous pouvez vous abonner à notre newsletter en écrivant à “newsletter@afitac.com”. Vous pouvez également vous connecter à notre page LinkedIn. L’engagement avec les lecteurs est ce qui nous permet de continuer. N’hésitez donc pas à échanger avec nous en commentant ci-dessous, en appréciant notre publication sur LinkedIn et en nous écrivant à “info@afitac.com”.

Catégories : Uncategorized

Jan Bouckaert

Jan Bouckaert a 25 ans d'expérience mondiale dans la négociation et l'exécution de projets complexes de construction, d'énergie renouvelable et d'infrastructures. Il est également spécialisé dans les domaines du Contract Management, de la gestion des risques et des modes alternatifs de règlement des litiges. Jan est le fondateur d'AfiTaC, une société de conseil en matière d'appels d'offres et de contrats internationaux. Au cours de sa carrière professionnelle, il a vécu en France, en Belgique, en Égypte, en Inde et au Portugal et a travaillé pour GE Renewable Energy, Alstom Hydro, Besix/Six Construct. Il détient un MSc en ingénierie civile de l'université de Louvain (Belgique) et un MBA de l'ISEG (Portugal). Soyez la/le bienvenu(e) pour établir une connexion sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/afitac/

2 commentaires

Le blog sur la gestion des contrats par AfiTaC célèbre son premier anniversaire! - AfiTaC.com · 4 avril 2019 à 8 h 11 min

[…] Flux de trésorerie négatif pour les entreprises de construction […]

Conseils pour que les entrepreneurs soient payés à temps - AfiTaC · 16 octobre 2019 à 15 h 27 min

[…] Cet article sur le thème des entrepreneurs à être payés à temps a été mis à disposition sur notre blog par Paul Netscher. Auparavant, Paul avait également publié sur les flux de trésorerie négatifs pour les entreprises de construction. […]

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *